Délesté des mobiles vendus à Microsoft, Nokia voit ses résultats chuter notamment à cause de NSN, la division équipements télécoms qui se prend un bouillon au 4e trimestre. "Ce quatrième trimestre 2013 a marqué un tournant dans l'histoire de Nokia", souligne Risto Siilasmaa, le P-DG par intérim du finlandais. En effet, l'entreprise se concentre désormais sur NSN (équipements télécoms), Here (cartographie) et Advanced Technologies (propriété intellectuelle), les mobiles ayant été cédés à Microsoft. Pour autant, malgré la disparition de ce foyer de pertes, les résultats du 4e trimestre ne sont pas brillants. Sur les trois derniers mois de l'exercice 2013, Nokia a dégagé un bénéfice par action non-IFRS de 0,08 euro, contre 0,10 euro il y a un an. Le résultat opérationnel est de 408 millions d'euros (-39%). Gagner des parts au dépens d'Ericsson La branche de téléphones portables est désormais comptabilisée en tant qu'activité 'non poursuivie', accuse une perte opérationnelle de 191 millions d'euros pour des ventes en baisse de 29% à 2,6 milliards d'euros. Plus de 8 millions de smartphones Lumia auraient été vendus, ce qui apparaîtrait comme une déception pour cette période de Fêtes (8,8 millions d'unités avaient été écoulées au 3e trimestre). L'activité NSN (équipements télécoms) qui représente 90% de l'activité du nouveau Nokia accuse une baisse de ses revenus de 22% sur un an à 3,1 milliards d'euros. La déception est d'autant plus forte que la demande est plutôt soutenue avec les déploiements 4G qui se multiplient dans le monde. Rappelons que NSN a procédé à une violente restructuration (17 000 postes supprimés) qui lui a permis de renouer avec la rentabilité. Nokia souligne avoir pour objectif de gagner des parts de marché cette année aux dépens du numéro un du secteur, le suédois Ericsson et vise une hausse du chiffre d'affaires au second semestre grâce à de récents contrats, comme ceux signés avec l'opérateur américain Sprint et avec China Mobile.