Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a salué la mise en œuvre de l'accord nucléaire provisoire décroché, Novembre dernier, entre l'Iran et les six grandes puissances mondiales dans la ville suisse de Genève. Dans une conversation téléphonique avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, mardi, Hague a examiné un éventail de questions, y compris la crise syrienne et le programme nucléaire de l’Iran. Le ministre des Affaires étrangères s'est félicité l’entrée en vigueur, le plan d'action conjoint sur le programme nucléaire de l’Iran, le décrivant comme un jalon important et une étape positive vers attaquer certain de problèmes les plus graves sur le programme nucléaire de l'Iran. Hague a réaffirmé le ferme engagement de la Grande-Bretagne à travailler avec d'autres grandes puissances mondiales - États-Unis, Russie, Chine, Allemagne et France - pour parvenir à une solution diplomatique à part entière à la question nucléaire, et pour commencer les négociations sur un règlement global le mois prochain. Lundi, l'Iran a suspendu l'enrichissement d'uranium à 20 pour cent dans le cadre de son accord nucléaire signé avec les six puissances à Genève le 24 Novembre 2013. L'Iran a également commencé le processus de diluer et d'oxyder ses 196 kg de stocks de 20 pour cent de l'uranium enrichi. Après la mise en œuvre de l'accord de Genève, le Conseil de l'Union européenne a suspendu une partie des sanctions qu'elle avait imposée à l’Iran. Les ministres des Affaires étrangères iranien et britannique ont également échangé des vues sur les relations bilatérales et se sont félicités des visites des chargés d'affaires non-résidents respectifs et ont convenu que les relations bilatérales devraient se développer sur une base réciproque et l'étape - par - étape.