L'Iran reconnaît regrettable la mesure prise par le secrétaire générale de l'ONU, Ban Ki-moon, en retirant l'invitation d'Iran pour participer à la Conférence internationale de paix sur la Syrie. "L'Iran n'a jamais demandé à participer dans cette conférence (Genève-2), et nous l'avons déclaré clairement dès le début des discussions sur la tenue de cette conférence", a souligné la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Marzieh Afkham, lors de sa conférence de presse hebdomadaire. Elle a jouté que ce sujet était, aussi, clairement déclaré par les responsables iranien pendant les entretiens des derniers jours avec Ban Ki-moon et Lakhdar Brahimi, émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie. "Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et l'ambassadeur permanent d'Iran au siège de l'ONU, Mohammad Khazaï, avaient annoncé ces positions que l'Iran n'accepte aucune précondition et implicitement et non-implicitement aucune déclaration n'avait été faite sur les engagements de Téhéran", a insisté Mme Afkham. La porte- parole de la diplomatie iranienne a ajouté que rejeter et retirer l'invitation d'Iran en raison que le secrétaire général de l'ONU était sous la pression et que cette invitation était son propre initiative, est "regrettable". "Nous attendions que Ban Ki-moon puisse déclarer les raisons véritables de sa décision", a-t-il précisé.