Vingt-cinq personnes seront jugées, en Egypte, pour «outrage à magistrat», dont le Président Mohamed Morsi, destitué par l’armée, et plusieurs Frères musulmans, a-t-on appris de sources judiciaires. Tous sont accusés d’avoir tenu des propos offensants, à l’encontre de l’institution judiciaire et de ses membres, selon l’agence officielle Mena, qui précise qu’aucune date n’a été fixée pour leur comparution. Ce procès est le quatrième contre M. Morsi, qui comparaît, déjà, pour incitation au meurtre de manifestants et dont deux autres procès doivent s’ouvrir, prochainement, l’un, pour «espionnage», en vue de commettre des «actes terroristes», et l’autre, pour son évasion de prison, début 2011.