Le délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, Bachar al-Jaafari, a affirmé que toutes les parties qui refusent une solution politique pacifique de la crise en Syrie et un dialogue intersyrien n'ont pas de place à la table du dialogue. Dans un entretien accordé au site "almayadeen.net", al-Jaafari a souligné que tous les pays invités à la conférence de Genève 2 doivent essentiellement s'engager à l'arrêt de la violence pour y assister. "Le dialogue politique intersyrien n'a aucun sens sans l'arrêt de la violence et du terrorisme", a-t-il assuré. De même, il s'en est pris à l'Arabie Saoudite qui armait les groupes terroristes et incitait au terrorisme et à la perpétration des massacres en Syrie Il a estimé que le parrainage par l'Arabie Saoudite du centre international pour la lutte contre le terrorisme, dont le siège est à New York, est "le plus gros scandale des Nations Unies". Et le délégué syrien de poursuivre "L'Arabie Saoudite ne peut pas participer à une action internationale sur la lutte contre le terrorisme au moment où elle envoie des terroristes en Syrie et elle est impliquée dans le terrorisme en Afghanistan et au Mali..." "Il n'est plus secret que les racines du terrorisme takfiriste wahhabite sont saoudiennes", a-t-il indiqué. Al-Jaafari a affirmé que la Syrie poursuivra en justice l'Arabie Saoudite, la Turquie et le Qatar via des centaines de documents et de messages qui condamnent ces pays et qui ont été adressés aux Nations Unies. Il a souligné que l'un des messages envoyés par Damas au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki moon et au conseil de sécurité confirme la coopération entre les services des renseignements saoudiens et turcs pour faire entrer les éléments d'al-Qaïda venant du Yémen en Syrie. "520 éléments de l'organisation d'al-Qaïda au Yémen sont entrés en Syrie depuis la Turquie", a-t-il assuré. Il a fait noter que "des centaines ou des milliers de personnes qui combattent dans les rangs du Front Nosra et du Front Islamique sont des Saoudiens". Le délégué syrien a fait noter que le Front Islamique a été fondé par les services des renseignements saoudiens, indiquant que la Syrie avait réclamé l'inscription de ce Front sur la liste des organisations terroristes. Par ailleurs, il a souligné que la fourniture par les Etats-Unis des armes à l'Irak et le soutien apporté par le conseil de sécurité au plan irakien au gouvernorat d'al-Anbar sont un indice sur une orientation vers la lutte globale contre le terrorisme dans la région. Il a enfin appelé les pays membres des Nations Unies à réaliser le danger de l'extension du terrorisme dans le monde.