« L’Iran pourra prendre part à la Conférence de Genève-2 s’il donne son feu vert à une transition politique en Syrie », a prétendu le ministre britannique des Affaires étrangères. « L’Iran soutient toujours le président syrien Bachar Assad mais s’il s’intéresse vraiment à assister à la Conférence de Genève-2, il doit donner son feu vert aux principes approuvés lors de la Conférence de Genève-1 en 2012 dont la formation d’un gouvernement de transition en Syrie », a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, mardi. « Tout signe de la part de l’Iran prouvant son soutien à la formation du gouvernement de transition favorisera sa participation à la Conférence de Genève-2. Aucune partie notamment les parties occidentales ne s’est opposée à la présence de l’Iran », a affirmé monsieur Hague selon qui la Grande-Bretagne a payé une somme considérable pour aider les réfugiés syriens. Dans le même temps, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré, à l’issue de sa visite au Liban, que les pays, empêchant la participation de l’Iran à la Conférence de Genève-2, le regretteraient. Selon monsieur Zarif, l’Iran ne participerait à la Conférence de Genève-2 sauf s'il recevait une invitation officielle sans condition.