A l’issue de ses entretiens avec les responsables libanais, le ministre iranien des Affaires étrangères s’est présenté devant les journalistes et a répondu à leurs questions.
Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue libanais, Adnan Mansour, lundi soir à Beyrouth, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que le terrorisme et l’extrémisme constituaient les défis communs auxquels font face les pays de la région. Il a souligné que ces grands défis seraient enlevés via la coopération des pays de la région. «La RII est prête à élargir sa coopération avec l’Arabie saoudite pour instaurer la paix et la sécurité au Moyen - Orient», a déclaré monsieur Zarif qui s’est ensuite attardé sur les discussions de Genève et l’accord récemment conclu entre les parties iranienne et occidentale. «L’Iran et le groupe ۵ + ۱ viennent d’accéder à un accord à Genève mais cela n’est que le début d’une longue voie censée régler la question nucléaire. Cet accord est le point de départ du processus du rétablissement de la confiance car les Iraniens sont fortement méfiants envers l’Occident», a - t - il affirmé. Le chef de la diplomatie iranienne s’est aussi référé aux déclarations du secrétaire d’Etat américain, John Kerry, sur la présence conditionnelle de l’Iran à la Conférence de Genève - ۲. Selon monsieur Zarif, la fixation des conditions préalables à la présence des pays à la Conférence de Genève - ۲ ne favorise nullement l’accès à un accord. Outre son homologue libanais, le ministre iranien des Affaires étrangères s’est également entretenu lundi avec le secrétaire général du Hezbollah, le président, le et le Premier ministre du Liban. Il a quitté mardi matin Beyrouth pour Bagdad.