Un chercheur iranien est parvenu à l’invention d'une composition pharmaceutique pour le traitement de la dépression après un infarctus. Dans cette étude, les effets de type antidépresseur de l'administration intra-cérébroventriculaire de dérivés d’oxoisoaporphine ont été examinés. Pour ce faire, l'infarctus ischémique aigu a été induit par l’occlusion bilatérale des artères carotides commune qui a changé de manière significative les comportements normaux des souris mâles. Les résultats montrent que certains dérivés de 2,3-dihydro-et oxoisoaporphine modifient l'anomalie dans les comportements en diminuant dans le temps d'immobilité dans les modèles utilisés dans cette étude. Nous avons conclu que ces alcaloïdes ont montré l’effet antidépresseur et peuvent donc être utilisés pour le traitement la dépression après l’infarctus comme le comportement dans les patients de l’infarctus ischémique aigu. Faire une dépression après un infarctus est assez fréquent. Ce phénomène est probablement un peu sous estimé par les médecins car avoir un infarctus est un véritable choc. Les effets de la réadaptation et l'activité physique sont importants. Mais il est aussi important de savoir dépister une réelle dépression secondaire et le cas échéant, prendre en compte cette dépression et la traiter par des thérapies cognitives, comportementales. Un article intitulé “Behavioral effects of 2,3-dihydro- and oxoisoaporphine derivatives in post stroke-depressive like behavior in male BALB/c mice” a été publié dans le journal “Current Topics in Medicinal Chemistry” en 2013 au nom de Syyed Fazel Nabavi, jeune chercheur iranien. Fin