«L’accord de Genève interdit à l’Iran de développer ses activités nucléaires, sur le plan quantitatif, mais il n’y a aucune restriction à l’essor de ces activités, sur le plan qualitatif, notamment la recherche et le développement», a annoncé le vice-ministre iranien des Affaires étrangères.
A l’antenne de la chaîne ۲ de la télévision iranienne, le vice - ministre iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Araghchi, s’est exprimé sur l’entente qui existe entre l’Iran et le groupe ۵ + ۱, sur la mise en application de l’Accord de Genève. «L’Iran et le groupe ۵ + ۱ ont, enfin, convenu de mettre en application la première étape de l’Accord de Genève, à partir du ۲۰ janvier», a déclaré Seyyed Abbas Araghchi. «La partie occidentale devra, pour sa part, respecter le contenu de l’accord, en échange du gel de l’enrichissement d’uranium à ۲۰% et l’oxydation de l’uranium, déjà, enrichi à ۲۰%», a martelé monsieur Araghchi, avant d’ajouter: «Là, l’Occident est censé suspendre les sanctions frappant le secteur pétrochimique, dont exportation, assurance et transport. Il devra, aussi, laisser l’Iran vendre son brut au taux actuel, annuler la sanction sur le commerce de l’or et les embargos visant les importations de véhicules et de pièces détachées pour avion». Le chef de la diplomatie adjoint de la RII s’est, ensuite, attardé sur les tentatives des députés du Sénat américain visant à imposer de nouvelles sanctions à l’Iran. «Si le Congrès américain durcit les pressions sur l’Iran, sous un prétexte ou sous un autre, celui - ci se retirera des négociations, d’autant plus que l’adoption de tout nouveau embargo contre Téhéran annulera l’Accord de Genève», a - t - il conclu.