Selon un sondage WIN/Gallup International, en collaboration avec la chaine britannique BBC 45% des Marocains considère Israël comme le pays du monde qui représente la plus grande menace pour la paix. Une proportion particulièrement élevée et supérieure à celle du reste du Maghreb. A l’heure ou les spectacles de Dieudonné, accusé d’antisémitisme et défendu en tant que pourfendeur du sionisme, sont interdits en France, le sondage de l’association WIN / Gallup International, en collaboration avec la chaine britannique BBC, publié le ۳۱ décembre, révèle que ٤۵% des Marocains considèrent qu’Israël est le pays du monde qui représente la plus grande menace pour la paix. La solidarité arabe pro - palestinienne, les guerres arabo - israéliennes et quelques probables relents d’antisémitisme expliquent en majeure partie le sentiment des Marocains, mais il ne permet pas de comprendre l’écart enregistré avec les autres pays du Maghreb. En Tunisie, Israël est considéré, comme au Maroc, comme la première menace contre la paix, mais par seulement ۳۸% des Tunisiens. Pour les Algériens, le premier danger vient des Etats Unis. Israël ne représente la plus grande menace pour le pays du monde que pour ۲۲% d’entre eux. Pourtant Algériens et Tunisiens sont sujets aux mêmes sentiments de solidarité avec la cause palestinienne que les Marocains.Peuple et Palais royal en désaccordLa vigueur du rejet marocain d’Israël, par rapport au reste du Maghreb, est d’autant plus surprenante qu’il n’est pas cultivé par le pouvoir politique. Pendant son règne, Hassan II s’est rapidement posé en médiateur dans le conflit israélo - palestinien au point de recevoir à plusieurs reprises des premiers ministres israéliens à Rabat. La seconde Intifada met un terme aux relations diplomatiques officielles entre les deux Etats, mais le Palais royal tient à conserver de bonnes relations avec la communauté juive sépharade d’Israël où le Maroc compte ٦۰۰ ۰۰۰ compatriotes. Dans cette optique, en août ۲۰۰۳, le roi Mohammed VI recevait, par exemple, le grand rabbin de la communauté séfarade, Chélomo Moché Amar, d’origine marocaine. Israël est perçu comme la première menace pour la paix par le peuple marocain lui - même plutôt que ses élites. Ce sentiment se mesure à la virulence des réactions lorsqu’un Israélien se déplace officiellement au Maroc ou lorsque des rumeurs courent de relations officieuses entre le pouvoir et des personnalités israéliennes.Loi contre la normalisation des rapports Maroc / Israel Récemment, ce sentiment a atteint un sommet avec deux propositions de loi identiques, venues du PJD, du PAM et du PPS pour lutter contre toute normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Elles proposent de pénaliser de deux à 5 ans de prison et une amende de 100 000 à 1 millions de dirhams le commerce et l’organisation d’évènements réunissant des Marocains et des Israéliens. Si cette loi n’a quasiment aucune chance de passer un jour le cap du vote au parlement (le PAM ayant déjà retiré sa proposition de loi), elle parle pour ces 45% de Marocains qui pensent qu’Israël est la plus grande menace à la paix dans le monde.