Le gouvernement d'Ankara soutient la présence de la République islamique d'Iran dans les prochains pourparlers à Genève II et a déclaré jeudi le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu. " Nous soutenons l'aide de l'Iran à la Conférence de Genève II ", a déclaré M. Davutoglu dans une interview à l'agence de nouvelles officielle turque, Anadolu. La même position a été ratifiée jeudi par le président russe Vladimir Poutine, qui a souligné que l'Iran devrait être invité aux prochaines négociations sur la Syrie sans conditions préalables. Mercredi, le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier a appelé à la participation de l'Iran à la conférence, en disant que les médiateurs internationaux devraient essayer d'associer les voisins de la Syrie, y compris l'Iran. Compte tenu de ces déclarations, le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, a déclaré mardi rôle clé de son pays " à résoudre les problèmes régionaux, y compris la question de la Syrie ", ajoutant que Téhéran " ne ménagera aucun effort pour résoudre la crise. " Mais il a dit qu'il n'a jamais accepté de participer conditions préalables." Dans le cas d'un appel officiel pour aider à résoudre la crise, nous sommes prêts à aider et totalement réunion officielle, " a-t-il ajouté. Les responsables russes et américains se réuniront lundi prochain (Janvier 13) à Paris, capitale de la France, afin de finaliser les détails de la conférence de paix sur la Syrie, prévue pour le 22 Janvier en Suisse. À cet égard, une réunion entre le secrétaire d'État américain, John Kerry, et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est attendue.