Quel objectif poursuit le scénario de répression contre les terroristes de l'Etat islamique en Irak et au Levant, mis en place à l'initiative des occidentaux et de leurs alliés arabes ? Selon le journal libanais Al Jomhouriya qui se penche sur cette question dans son édition de vendredi, il s'agit ni plus ni moins d'inverser la donne à Genève II et de déposséder la Syrie de l'atout de la lutte contre le terrorisme! : " Ce n'est pas trop dire si on affirme que les heures et les jours à venir sont décisifs pour la suite de la guerre en Syrie et ce, à l'approche de Genève II " " la volonté exprimée par Kerry pour prendre part à la réunion des amis de la Syrie à Paris ou encore la réunion du Koweït destinée soi disant au soutien aux réfugiés de la guerre contre la Syrie pourraient témoigner peut être des objectifs que se sont fixés les différentes parties en Syrie. un responsable américain l'a d'ailleurs souligné en ces termes : le régime assad et ses alliés semblent vouloir faire tourner le vent dans un sens favorable à leurs intérêts . ce qu'ils ont entrain de faire en Irak et en Syrie en témoigne". ce responsable s'est refusé de s'exprimer sur une eventuelle changement d'alliance dans la région dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. il a au contraire énuméré les sujets que Lavrov et Kerry s'apprêtent à débattre le 13 janvier prochain et qui sont : - évoquer Genève II qui partira sur fond de la déclaration de Genève I laquelle prévoit la formation d'un gouvernement de transition pour surveiller l'action de l'armée , des forces sécuritaires te des institutions gouvernementales en Syrie. ainsi que l'a dit la porte parole de Kerry, Psaki, Assad n'aura aucune place dans l'avenir de la Syrie . elle a qualifié la présence de la coalition des opposants de clès de succès de la conférence de Genève II . la lutte acharnée que mènent aujourd'hui l'Occident et ses alliés arabes contre l'Etat islamique en Irak et au Levant est destiné à changer les rapports de force politique et militaire en Syrie et à l'avantage de l'opposition. -la complémentarité entre la guerre anti terroriste en Irak et en Syrie n'est pas anodine. c'est suivant l'ordre de certaines parties qui veulent relancer leur rôle politique en Syrie. les commandants de l'armée américaine qui ne cessent de signaler les combats entre les soldats irakiens et Al Qaida , ne doutent pas un seul instant que l'opération militaire contre Daesh ira frapper les camps d'entrainement, de propagation et de formation des ces groupes armés, camps situés sur les frontières communes irako syro jordanienens. le fait que les drones US ont commencé leurs patrouille au dessus de l'Irak vient à l'appui de ce dire. le responsable us précité l'a révélé , les messages et les contacts des américains avec les dirigeants irakiens faits dans la foulée de la guerre contre le takfirisme auraient mis l'accent sur la neutralité des villes à majorité sunnite. selon ce responsables, Maliki aurait promis aux habitants de ces villes de travailler à l'amélioration de leur vie . c'est d'ailleurs en ce sens que Maliki s'est engagé auprès des habitants de Falluja de ne pas envoyer l'armée irakienne dans la ville . c'est ce que laisse néanmoins croire l'apparence des choses. Dans le camp d'en face, il y a des diplomates arabes qui croient que Assad devra perdre à tout prix l'initiative de la lutte contre le terrorisme. le camp arabe croit qu'une inversion de la donne en ce sens pourrait faire échec à Assad ou néanmoins permettre la définition d'une nouvelle feuille de route pour sortir de la crise dans laquelle ils pataugent . les arabes espèrent aussi que cette nouvelle tactique, celle de combattre les terroristes qu'ils ont eux même inventés, suggérera aux alliés de la Syrie un sentiment d'échec , ou le sentiment que la poursuite de cette lutte ne sera pas dans leurs intérêts . ceci état, les pronostics des ennemis de Assad pourraient s'avérer faux : il y a deux jours la Russie et la Chine ont tout deux rejeté pour la enième fois une résolution anti Assad du conseil de sécurité qui condamnait les bombardements d'Alep . le texte condamnait toutefois le régime et ses opposants. le non russo chinois ne présage rien de bon pour les anti Assad à Genève II. les régimes arabes hostiles à Assad pourraient être tenté aussi à marquer des points au Liban où le tribunal de Hariri va commencer son travail . mais la aussi , c'est un terrain trop mouvementé que les saoudiens ont choisi pour se tirer du pétrin syrien. le Hezbollah a montré qu'il sait comment déjouer les manoeuvres.