un journal américain souligne la résistance, la combativité du président syrien face à un assaut général contre son pays et cite un ex ambassadeur US à Damas : " Bachar finira pour reprendre le tout du territoire syrien, parcelle par parcelle , au prix de son sang et de celui de ses siens" !! c'est le journal Chjristian Science Monitor qui fait publier un article sur ce sujet et souligne : " le maintien d'Assad au pouvoir , trois après l'éclatement des violences dans ce pays est le signe de la défaite des opposants syriens et des divergences de plus en plus profondes qui les divisent. en mars 2001, quand des manifestants sont descendus dans les rues de certaines villes syriennes , on s'attendait à ce que la Syrie connaisse le même sort que la Tunisie et l'Egypte ou encore la Libye et le Yémen qui allaient plongé à leur tour. et pourtant, trois ans passent depuis cette époque et Bachar Assad est toujours dans son palais et du haut de sa fenêtre suit de près les évolutions . la cohésion du régime Assad , le désarroi de ses opposants politiques , la montée en puissance des extrémistes ont poussé les occidentaux à prononcer des mots, des phrases des discours qu'on n'entendait pas d'eux il y a encore un an et demi et ces phrases peuvent se résumer en ceci : " Assad pourrait vaincre et son maintien au pouvoir est mieux que l'arrivée au pouvoir des extrémistes qui veulent établir en Syrie un Etat qaidiste"! le journal se réfère ensuite aux propos de Ryan Crocker, ex-ambassadeur US à Damas : " Assad reprendra tout le territoire syrien, parcelle par parcelle et au prix du sang des siens" . le journal de tendance chrétien pose ensuite cette question qui celle d'une grande partie de l'opinion internationale : " voulons -nous à présent que les partisans d'Al Qaida forme un Etat au coeur du monde arabe en Syrie? selon de nombreux analystes qui donnaient Assad pour finissant et qui ont changé d'avis, le président syrien restera au sommet du pouvoir" . le journal consulte ensuite Yazid Sayegh, expert du centre d'études du Moyen Orient Carnegiequi estime : " la guerre contre la Syrie ne dira pas le dernier sur le sort d'Assad qui s'accroche au pouvoir car cette guerre s'est désormais étendue et les forces pro Assad sont dispersés un peu partout sur le territoire syrien . et la possibilité d'un retour à la situation d'avant 2011 n'existe pas" . Selon le journal, le maintien d'Assad au pouvoir dépend de trois facteurs , primo , les divergences au sein de l'opposition anti Assad ( les opposants de l'extérieur sont isolés et la présence des extrémistes au sein des opposants a nettement réduit le soutien étranger) .secundo, le soutien diplomatique et le soutien financier et militaire de l'Iran et de la Russie au régime Assad . et tertio, la cohésion, et l'unité au sein du régime syrien qui ne s'est pas fléchi ne serait -ce qu'un tout petit peu pendant ces trois années . En dépit de cette vaste campagne autour de la chute d'Assad , une chose est sûre : les occidentaux ont peur de voir la Syrie devenir un foyer pour Al Qaida, ce qui les empêche de souhaiter l'élimination du président syrien.