La police espagnole a réussi à arrêter dimanche à un membre présumé du groupe terroriste Etat islamique d'Irak et du Levant (EIIL), lié à Al-Qaïda, qui aurait participé à la lutte contre le gouvernement de la Syrie. L'arrestation de Mohamad Sadik Abdeluahid, de nationalité espagnole, a eu lieu à l'aéroport de Malaga, dans le sud de l'Espagne, au cours d'une opération conjointe de la police et de l'information de la Garde civile du service national. Selon des sources du ministère de l'intérieur, Sadik Mohamad, qui sera mis à la disposition de l'Audiencia National, de retour de Syrie, où il a voyagé le mai de 2013 pour intégrer des champs de formation d'EIIL. Le détenu, stigmatisé comme « très dangereux », fait partie d'un réseau démantelé en juin dernier à Ceuta dédié pour recruter des militants pour des groupes terroristes en Syrie. Ce réseau met l'accent sur le recrutement, d'endoctrinement, de facilitation et de financement de voyager. Depuis le début de la crise syrienne en Mars 2011, des centaines d'Européens ont été recrutés pour participer à la lutte armée contre le gouvernement de groupes président de Syrie Bachar al-Assad. 14 Septembre 2013, le journal espagnol El Pais a publié un article intitulé "Aucun voyage de retour de l'Espagne à la Syrie ", dans lequel citant plusieurs sources de sécurité du pays ibérique, a déclaré que près de 95 -10 Espagnols et marocains résidents légaux dans six autres villes espagnoles- jeunes avaient rejoint les groupes terroristes opérant contre le gouvernement de Damas. Le Centre International pour l'étude de la radicalisation (ICSR, pour son sigle en anglais), Collège de Londres, Royaume Uni du roi axée sur l'Université, a rapporté en décembre dernier qu'en Syrie, entre 11 000 et 3 300 étrangers de plus de 70 pays, y compris un nombre croissant d'européens, se battant aux côtés d'autres terroristes contre le gouvernement du pays arabes.