Selon « Huffington Post », la détente dans les relations entre l’Iran et les Etats-Unis auraient des conséquences positives dans la région et dans le monde. Le journal Huffington Post a publié récemment un article de Nasser Saïdi concernant l’histoire des relations entre les Etats-Unis et l’Iran. L’auteur estime qu’étant donné le rôle régional de l’Iran, une détente dans les relations entre Washington et Téhéran serait des effets positifs dans toute la région du Moyen-Orient. « Nous sommes témoins aujourd’hui d’un tournant très sensible de l’histoire du golfe Persique et du Moyen-Orient où une réconciliation et une détente dans les relations entre Téhéran et Washington pourrait changer profondément la donne dans cette région névralgique tant sur le plan politique et géostratégique et sur le plan économique et social. Il ne faut absolument pas perdre cette occasion », a estimé l’auteur de cet article. En effet, après la conclusion des accords nucléaires entre la république islamique d’Iran et les 5+1 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine et Allemagne) à Genève le 24 novembre 2013, la situation très privilégiée de l’Iran dans la région du Moyen-Orient a été plus que jamais prise en compte dans les milieux politiques et médiatiques. Pour le moment les négociations avec l’Iran sont concentrées sur le programme nucléaire civil des Iraniens et les sanctions que l’Occident a imposées à Téhéran. Le premier but des pourparlers est donc de rétablir la confiance de parts et d’autres, surtout après trois décennies de rupture des relations diplomatiques et politiques entre les Etats-Unis et la République islamique d’Iran. Cependant, les radicaux et les perdants de cette politique de détente (surtout l’Arabie saoudite et le régime israélien) font tout pour entraver le processus des négociations entre les 5+1 et l’Iran. Mais l’auteur de l’article du journal Huffington Post estime que les Etats-Unis ne doivent absolument pas perdre l’occasion de négocier avec l’Iran après l’élection de Hassan Rohani à la présidence de la République. Selon l’auteur, la question finale ne se limite pas au programme nucléaire civil de la République islamique d’Iran mais au rôle et au statut de l’Iran dans l’avenir géostratégique du golfe Persique du Moyen-Orient et du sud-ouest de l’Asie. D’après Nasser Saïdi, une coopération iranienne avec les Etats-Unis pourrait permettre aussi le régler les dossiers anciens de la région dont le conflit entre Israël et les Palestiniens. L’auteur pense que seule une réconciliation entre les Etats-Unis et l’Iran permettrait le rétablissement de la paix et de la stabilité en Irak, en Afghanistan et au Pakistan, pour empêcher également que la Syrie ne devienne la source d’instabilité pour ses voisins notamment le Liban et la Jordanie. Parmi les avantages de la détente dans les relations entre les Etats-Unis et la République islamique d’Iran, l’article insiste sur la baisse des dépenses militaires dans la région. Les pays du Moyen-Orient ont payé plus de 132 milliards de dollars pour acheter des armements et des équipements militaires en 2012. A titre d’exemple, l’Arabie saoudite a consacré 8.9% de son PIB à l’achat d’armement, tandis que ce chiffre était de 8.4% pour le sultanat d’Oma et 6.2% pour le régime israélien. Selon l’article du journal Huffington Post, la libération des pays de la région de leurs dépenses militaires leur permettrait d’investir davantage dans les secteurs humains, les infrastructures, les projets du développement social, économique, la création d’emplois, etc. la jeunesse de ces pays auraient donc devant elle une autre perspective d’avenir que la violence, la guerre et la destruction. -La détente avec l’Iran réduira aussi les cours du pétrole Selon l’article de Huffington Post, la détente dans les relations entre les Etats-Unis et la République islamique d’Iran entraînerait aussi la réduction des tensions et la baisse de la menace d’une perturbation éventuelle de l’approvisionnement du pétrole par le détroit d’Hormuz et le golfe Persique. Cela entraînera aussi l’augmentation des exportations pétrolières de l’Iran et de l’Irak. Finalement, cela signifierait la baisse des cours du pétrole dans le monde. La baisse du prix du pétrole entre 10 et 15 dollars le baril veut dire, selon l’auteur, l’amélioration de la situation économique dans de très nombreux pays du monde. Cependant les exportateurs du pétrole dans la région du golfe Persique subiront des pertes financières et économiques. En ce qui concerne l’Iran, ce processus sera plutôt positif, car le pays pourra avoir accès aux marchés financiers et d’investissements et pourra espérer se voir aider par le réseau bancaire international. La détente dans les relations entre les Etats-Unis et la République islamique d’Iran aurait d’autres avantages à moyen et à long terme, selon l’auteur de l’article. Il s’agit d’abord d’un changement stratégique dans la direction de l’OPEP pour que cette organisation s’adapte davantage avec deux pays membres c’est-à-dire l’Iran et l’Irak qui souhaitent augmenter leur quota. En outre, la détente avec les Etats-Unis, permettra à l’Iran de pouvoir développer des projets de construction d’oléoducs entre l’Iran, le Kazakhstan, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Inde et même la Chine. Ainsi l’Iran deviendra le pays du transit entre le golfe Persique, l’Asie centrale, el sous-continent indien et la Chine. -La détente avec l’Iran aura d’énormes avantages économiques Les avantages d’une détente dans les relations entre les Etats-Unis et la République islamique d’Iran ne s’arrêtera pas dans le domaine politique et géostratégique, mais aura aussi d’énormes avantages économiques pour tous les pays du golfe Persique. A présent, un groupe de technocrates a occupé les postes économiques du cabinet du nouveau président iranien, Hassan Rohani. L’objectif de ces individus est de stabiliser l’économie iranienne, l’application des réformes économiques et financières et l’ouverture sur l’économie mondiale en encourageant les investissements étrangers. En réalité, l’Iran croit qu’il doit réaliser des réformes pour améliorer le climat des investissements et augmenter le rôle du secteur privé. -Le CCGP bénéficiera de la détente entre Téhéran et Washington Depuis la transformation de Dubaï en un véritable pôle économique mondial, les Emirats arabes unis sont devenu l’un des plus grands partenaires économiques et commerciaux de l’Iran. Ce pays est également membre du Conseil de coopération du golfe Persique (CCGP). Depuis 2000, les exportations des pays membres du CCGP vers l’Iran ont considérablement augmenté, et elles sont arrivées à 13. 4 milliards de dollars en 2008-2009. La levée des sanctions imposées à la république islamique d’Iran et la détente dans les relations entre les Etats-Unis et l’Iran permettra à ces pays de rehausser le niveau de leur commerce avec l’Iran à un niveau considérable. En 2008, le CCGP avait accepté la proposition de Téhéran concernant un accord de libre-échange. Ces pourparlers peuvent reprendre après une éventuelle réconciliation entre Téhéran et Washington. Les pays membres du Conseil de coopération du golfe Persique pourront bénéficier aussi du grand potentiel industriel et agricole de l’Iran, tandis que Téhéran pourra compter sur les services financiers et les investissements des pays membres du CCGP. -La possibilité d’investissements irano-irakiennes : 1.3 trillions de dollars Grâce à une détente avec les Etats-Unis, l’Iran pourra, dans une période de dix ans, augmenté le taux d’absorption des investissements étrangers à 15% ou 20% de son PIB, équivalent de 60 à 80 milliards de dollars par an. Cela permettra à l’Iran de réaliser pendant une période de dix ans des investissements qui s’élèveront à 600 ou 800 milliards de dollars dans les infrastructures, l’agriculture, l’énergie, le logement, etc. En outre, le voisin irakien des Iraniens a également besoin d’investissements étrangers. On estime que l’Irak aura besoin de 700 milliards de dollars d’investissements étrangers pendant une période de dix ans. Cela veut dire que pendant dix ans, l’Irak et l’Iran pourront absorber près de 1.3 trillions de dollars d’investissements internationaux. - Un nouveau 6+1 (CCGP + Iran) L’auteur de l’article du journal Huffington Post croit que la réconciliation et la détente dans les relations entre les Etats-Unis et la république islamique d’Iran créeront des changements politiques, économiques et géostratégiques très profonds dans la région du golfe Persique. Le processus d’amélioration des relations entre le CCGP et l’Iran pourra être guidé par les Emirats arabes unis qui a de bonnes relations avec Téhéran. Les six pays arabes du CCGP et l’Iran pourront créer alors un nouveau groupe de 6+1 pour développer leurs coopérations sécuritaires, économiques et politiques. Dans ce droit fil, l’auteur pense que le golfe Persique pourrait devenir une région de la paix et de la stabilité. Finalement l’auteur a conclu qu’au lieu d’opter pour une approche militaire et de méfiance, les Etats-Unis et l’Iran auraient plutôt intérêt à se réconcilier non seulement pour leurs intérêts respectifs mais pour l’intérêt de la région, voire du monde.