Le chef de la délégation parlementaire italienne, Pier Ferdinando Casini, a déclaré samedi que son pays soutient la participation d'Iran en pourparlers pour mettre fin aux crises régionales, y compris la Conférence de Genève II sur la Syrie. M. Casini, président de la commission des affaires étrangères du Sénat, a fait ces remarques lors d'une réunion avec le chef de la Commission de sécurité nationale et de politique étrangère du Parlement iranien, Alaeddin Boroujerdi. Le sénateur italien a reconnu l'Iran comme un pays très influent dans la région, appelant à étendre davantage les relations politiques, économiques et culturels entre Téhéran et Rome. M. Casini a rappelé que l'Italie estime que l'Iran a le droit d'utiliser l'énergie nucléaire à des fins pacifiques. Sur la crise humanitaire en Syrie, M. Casini a déclaré que les pourparlers de paix entre les belligérants syriens est le seul moyen de sortir de la situation actuelle dans le pays. Le chef de la délégation italienne a, également, invité M. Boroujerdi de visiter l'Italie. Cependant, le chef de la Commission de sécurité nationale et de politique étrangère du Parlement d'Iran a déclaré que, compte tenu de l'image positive d'Italie dans l'opinion publique de la nation iranienne, le Parlement iranien veut intensifier les relations avec l'Italie dans différents domaines. M. Boroujerdi a précisé que l'établissement de bonnes relations avec les pays du monde est la priorité absolue de la politique étrangère d'Iran. Il a réitéré que l'Iran a développé une technologie nucléaire dans le cadre du Traité de non -prolifération (TNP) et n'a jamais cherché a possédé d'armes nucléaires et ne le fera jamais à l'avenir. Les pourparlers entre l'Iran et les pays européens, comme l'Italie peuvent aider à renforcer la paix et la stabilité dans la région.