selon Wall Street Journal, qui rapporte les propos des responsables américains, " Assad est inoxydable"! " Au contraire des affirmations publiées par les agences du renseignement américains qui donnaient Assad pour un dirigeant finissant, n'ayant qu'à peine quelques semaines devant lui avant sa chute finale, ce dernier pourrait rester plusieurs années à la tête du pouvoir. La question a été abordée par le président Obama le 22 mars dernier alors qu'il se trouvait en présence du roi jordanien à Aman . Obama a affirmé "être sûr qu'Assad n'en a pas pour longtemps et que la question était son départ ou pas que le moment de ce départ" le journal poursuit : au moment où Obama prononçait ces paroles , les agences de renseignement US collectait des informations selon lesquelles Assad n'était pas partant. dès l'hiver et le printemps 2013, les agences de renseignement américaines et israéliennes avaient eu accès à des documents selon lesquels l'Iran et Assad envisageaient d'appeler les forces du Hezbollah à participer à la guerre et ce fut l'entrée sur scène des combattants du Hezbollah qui a changé la donne en faveur d'Assad". Le journal poursuit : " En ce début 2014, la Syrie ressemble plus que jamais à un récit de mauvais engagements, à la cristallisation de l'incapacité des Etats Unis à gérer les grands événements à distance" ce n'est pas la première fois que la communauté de renseignement US établit une fausse évaluation de la situation dans un pays donné. en 2003, alors que les Américains s'apprêtaient à s'attaquer à l'Irak , cette même communauté a fait peu de cas du rapport d'une équipe de recherche onusienne qui avait confirmé l'absence d'armes de destruction massive en Irak. les agences de renseignement US ont accusé à l'époque Saddam de détenir des arsenaux d'adms. les autorités US consultés par Wall Street Journal croient " avoir perdu les occasions où elles auraient pu canaliser les événements en Syrie : " les estimations de l'appareil du renseignement qui donnaient il y a deux ans Assad au seuil de faillite confirment aujourd'hui que ce dernier pourrait diriger dans les années à venir une vaste zone de la Syrie, à savoir des zones clès sur les frontières avec le Liban ainsi que sur les côtes méditerranéennes". certains stratèges de la CIA , eux, n'écartent pas la possibilité que la guerre contre la Syrie se prolonge et qu'elle dure une décennie ou davantage! les analystes politiques indépendants voient à travers ce genre de rapport l'intention de l'appareil de guerre US qui vient ainsi aux mots : il s'agit pour Washington de confiner le pouvoir d'Assad dans des régions frontalières du Liban et de la Méditerranée en lui imposant une guerre terroriste d'une décennie ou plus.