L'année a été marquée par deux luttes sanglantes au sein de la mafia italienne, la première au niveau supérieur et l'autre à un niveau inférieur. L'année 2013 a commencé de façon retentissante lorsque les Siciliens ont repris là où ils en étaient en décembre 2012, vraisemblablement en commandant coup sur coup les assassinats des deux hommes de confiance de leurs principaux adversaires, les caïds Raynald Desjardins et Giuseppe De Vito. Gaetan Gosselin et Vincenzo Scuderi ont été tués les 22 et 31 janvier parce que, selon la police, leurs patrons auraient pris une part active dans le renversement des Rizzuto en 2010 et l'alliance de chefs de clan qui a voulu prendre leur place par la suite. De Vito a été empoisonné dans sa cellule du pénitencier de Donnacona l'été dernier, tandis que Raynald Desjardins est toujours détenu pour le meurtre de l'aspirant parrain Salvatore Montagna. Quelques heures après le meurtre de Gosselin, les policiers ont intercepté trois membres de gangs de rue liés aux Rouges qu'ils ont laissés filer par la suite, probablement pour mieux les coincer plus tard. Les enquêteurs des Crimes majeurs ont en effet ensuite mis sur pied un important projet d'enquête qui a duré plusieurs semaines à l'issue desquelles ils ont arrêté quatre individus liés aux Rouges, qui sont accusés du meurtre de Gosselin. Après ces arrestations, le rythme des règlements de comptes a considérablement ralenti à Montréal. Bras de fer sanglantL ' année ۲۰۱۳ a aussi été marquée par une autre sanglante lutte d ' influence à un échelon inférieur de la mafia italienne qui serait également liée au retour au pouvoir des Siciliens.La Presse a en effet appris qu'il y aurait un lien entre le meurtre d'un propriétaire de bar, Mathieu Vallée, commis rue Saint-André le 7 octobre, et la disparition de deux individus survenue à la fin du mois de septembre, à Montréal. Ces disparitions, qui ont d'abord été traitées dans un centre opérationnel, ont été transférées aux Crimes majeurs, ce qui n'augure rien de bon. «Ces événements sont survenus dans la même période. Nous sommes en train d'enquêter pour voir s'il n'y a pas un lien avec le meurtre de la rue Saint-André. Mais pour le moment, nous les traitons toujours comme des affaires de disparition», confirme le commandant Patrice Carrier des Crimes majeurs. Selon des informations qui n'ont pas été confirmées, plusieurs actes destinés à «passer des messages» ou écarter le chef d'une cellule de la mafia seraient le fil conducteur de cette série d'événements qui pourrait avoir un lien avec le meurtre d'un jeune homme de 23 ans, William Robinson, trouvé mort à Pointe-Fortune en juin et sur lequel la Sûreté du Québec enquête. Le commandant Carrier considère par ailleurs «comme un conflit qui a dégénéré» le double meurtre des frères Jamie et Cody Laramée, liés au crime organisé irlandais, tués dans un bar de LaSalle, en juillet.