Le paysage politique turc se fait de plus en plus atomisé suite au scandale de corruption financière qui a donné lieu à une crise politique. Dans la foulée, les habitants d’Ankara, la capitale, et ceux d’Izmir, la troisième grande ville du pays, sont descendus dans la rue, vendredi soir, et ont scandé des slogans contre le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. De nombreux manifestants auraient été blessés et arrêtés par les forces de l’ordre. Parallèlement, la place Taksim d’Istanbul a été également le théâtre des échauffourées entre manifestants anti-gouvernementaux et forces de police. La police et les forces de sécurité ont eu recours aux gaz lacrymogènes et aux canons à eau pour disperser les protestataires réunis sur la place Taksim. Sur le plan politique, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré vendredi qu’il était prêt à quitter la scène politique si le peuple le désirait. « Je suis prêt à partir mais les Turcs ne veulent pas ma démission », a-t-il ajouté.