Les derniers documents à avoir été coulés par Edward Snowden, l'ex-informaticien de l'Agence de sécurité nationale des États-Unis (NSA), démontrent que les agences du renseignement britannique et américaine ont surveillé les communications de centaines de cibles dans 60 pays, dont un premier ministre israélien et de hauts représentants européens, a rapporté vendredi Le Guardian. Selon le quotidien britannique, un document datant de 2009 prouve que l'agence britannique GCHQ a collaboré avec la NSA pour cibler une adresse courriel appartenant à l'ex-premier ministre israélien Ehud Olmert. Parmi les autres cibles visées figurent un haut responsable de l'Union européenne en charge de la politique sur la concurrence, les communications du gouvernement allemand et le groupe Thales, une entreprise de la défense appartenant en partie au gouvernement français, l’Unicef, de même que plusieurs dirigeants africains. Si ces allégations s’avèrent justes, les gestes posés par les agences américaine et britannique seront «inacceptables et mériteront notre plus ferme condamnation», a affirmé vendredi une porte-parole de l'Union européenne, Pia Ahrenkilde.