Une agence spécialisée dans le référencement a estimé les recettes publicitaires du moteur de recherche en fonction des mots-clés achetés et de leur tarif. Google France n'a déclaré que 193 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2012. Les revenus publicitaires générés par Google en France dépassent 1,4 milliard d'euros. Ce chiffre provient d'une estimation réalisée par une agence spécialisée dans le référencement sur Internet. L'étude, qui sera publiée jeudi, donne un tout autre aperçu de l'activité réelle de Google en France, qui n'a déclaré que 193 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2012 en France. L'agence VRDCI, à l'origine du calcul, a analysé durant un an quelque 4,2 millions de mots-clés susceptibles d'être cherchés par les internautes français. Parmi ces expressions, 3% disposaient d'une enchère AdWords, c'est-à-dire d'une publicité positionnée par les annonceurs pour s'afficher en bonne place dans les résultats, et payée à Google lors de chaque clic d'un internaute. En se fondant sur le volume des recherches estimées pour ces expressions, sur le nombre de clics et leur coût moyen, l'étude estime que Google génère 2,6 millions de recettes publicitaires par jour en France. «Il s'agit du cumul des données en coût exact AdWords des expressions étudiées», insiste Antoine Mussard, dirigeant de l'agence. Le chiffre d'affaires total, si l'on applique à la France la même ventilation des revenus que dans le monde, ressort alors à 3,9 millions d'euros. Extrapolé sur 365 jours, le chiffre d'affaires annuel atteint 1.438.933.660 euros. Un chiffre proche des estimations précédentes Le résultat reste une estimation. L'étude se fonde sur le coût moyen des publicités fourni par l'outil de Google, qui n'est pas forcément le coût exact payé au final par les annonceurs. Par ailleurs, le calcul émane d'un spécialiste du référencement naturel, qui vend une meilleure présence dans les résultats du moteur de recherche sans placer par la plateforme publicitaire AdWords. L'estimation tombe toutefois dans la fourchette des autres calculs effectués jusqu'alors, avec d'autres méthodes. Les astuces de Google pour baisser ses revenus en France sont connues. La majorité des annonceurs français passent par la plateforme publicitaire Google AdWords et sont facturés en Irlande, au siège européen du groupe. Les équipes françaises, qui effectuent une «assistance marketing» pour de grands clients, ne reçoivent qu'une commission sur les revenus publicitaires, couvrant essentiellement leurs coûts. L'optimisation fiscale a permis à Google de ne payer que 6,5 millions d'euros d'impôt sur les sociétés en France en 2012, sur un résultat net de 8,3 millions d'euros, ce qui lui vaut des reproches réguliers du gouvernement et une enquête fiscale. La plupart des groupes high-tech américains ont mis en place des systèmes comparables lors de leur déploiement à l'international. Plusieurs pistes sont actuellement explorées pour conduire les groupes Internet à payer des impôts conformes à leur activité réelle dans les pays où ils exercent, en particulier au sein de l'OCDE.