Le Conseil de sécurité de l’ONU a examiné, lors d’une session à huis clos, les évolutions en cours au Moyen-Orient notamment en Syrie. Les membres du Conseil de sécurité ont plaidé pour la tenue immédiate de la Conférence de Genève-2 dans l’espoir de mettre fin au conflit sanglant en Syrie. A l’issue de cette session à huit clos, le représentant de Russie à l’ONU, Vitaly Tchurkine, s’est présenté devant les journalistes avant de stigmatiser les politiques de l’administration Obama envers la crise en Syrie notamment l’utilisation des armes chimiques dans ce pays. Monsieur Tchurkine a aussi fait des révélations contre les responsables américains. Appuyé sur les révélations d’Edward Snowden, Vitaly Tchurkine a déclaré que Washington était conscient depuis décembre 2012 des étapes de la composition et de la préparation des armes chimiques en Syrie. Les participants à cette session ont aussi discuté du conflit en cours entre les forces libanaises et sionistes à la frontière du Liban et de la poursuite des attentats à la bombe en Irak.